Tour de la Bretagne Juil 94

Chapitre 8 page 2.

Croisière en Bretagne du 24 juillet au 6 aout 1994 à bord de Fréon, fier 28 pieds granvillais
ou "comment l'on prouve aux bretons qu'ils habitent bien une île" ( puisqu'on peut en faire le tour ! !)

Résumé

Une croisière entre Granville et Pornic. L’aller emprunte les canaux bretons de la Rance et de la Vilaine et le retour, navigation par la Bretagne Sud, le raz de Sein, le Four et la Bretagne Nord avec deux amis.

  • Emmener le voilier, le plus loin possible, sur les canaux bretons dans un week end.
  • Croisière fluviale d e Pont-Réan à Arzal et Balade voileuse de la Vilaine à Saint Brevin l’océan (Mindin)
  • Périple autour de la Bretagne de St Brevin l'Océan à Granville par Hoëdic, Belle-Île, Lorient, Bénodet, Camaret, Batz, Perros-Guirec, Bréhat, Lézardrieux, St Cast et Chausey.

1. Présentation de l'équipage :

- Philippe, dit " Le Capitaine "
- Les enfants: François, dit "Barbe grise" Olivier, votre serviteur
- Fichnou l'A. P., dit le DECCA.
- Capitaine Cook, Cook pour les intimes, équipé de son pilon démontable et de son œil de verre clignotant rouge.
.. mais oublier l'araignée qui ne cesse de me piquer la nuit quand je dors, mais qu'aucun de nous n'a pu apercevoir au cours de nos pérégrinations bretonnes.


2. Préambule

Pour comprendre la position actuelle du bateau, je me dois d'expliquer qu'une pré-croisière a eu lieu quelques jours auparavant. Elle a duré quatre jours et son objectif était d'amener FREON le plus loin possible sur les canaux bretons. L'équipage était composé du Capitaine, son fils Guillaume, devenu depuis pilote de canaux et d'écluses, moi même et mon jeune fils Pierre, ingénieur es noeuds et breveté par Lé Capitaine ". mousse 2éme brin " à l'issue de cette ballade.
Celle ci nous a permis d'atteindre Pont-Réan à une vingtaine de kilomètres dans le Sud de Rennes ( prononcer Rennes pour bien montrer son appartenance à la famille des Normands)


3. Dimanche 24/07/94 De Pont-Réan à Redon

Données techniques du Capitaine : embarquement de l'équipage, de quelques victuailles et de beaucoup de vin !
Départ 11h45, loch 813. 67 ; arrivée 22h25, loch 935. 34 ; terminé.

Observation d'un modeste équipier (en l'occurrence Olivier) : arrivée de l'équipage à 10h00 ; arrivée du Capitaine à 11h45 ; je note un relâchement notable chez les officiers embarqués ces dernières années. Relâchement caractérisé lorsque l'on constate qu'à la première occasion ce sont ces mêmes personnes qui débarquent, bateau non encore amarré (faute grave), pour se précipiter sur une bière bien fraîche, que dis-je deux bières bien fraîches !! Conscient de sa faute, Le Capitaine essayera de se racheter en offrant la même chose à son équipage venu le rejoindre ; la bière était bonne aussi, je ne retiendrais pas contre Le Capitaine qu'il a voulu soudoyer ses équipiers ; qu'il prenne garde toutefois !!


4. Lundi 25/07/94 - De Redon à Arzal

Données techniques du Capitaine : Départ 14h00, loch 935. 34 ; baro 1011 - arrivée 18h45, loch 960. 13 - terminé

Les équipiers parlent : enfin la mer !! François et Philippe jouent les as du fer à souder à gaz de chez Camping International. Je ne vais pas tarder à me "fer" (moi aussi) envoyer en l'air bricoler l'anémomètre, la girouette, la drisse de spi,... bref j'en ai pour un moment ! Comme si on n'avait pas pu faire ça pendant que le mât était couché.
Réponse du Capitaine : tais-toi et grimpe !

5. Mardi 26/07/94 De Arzal à St Brévin l'Océan

Données techniques du Capitaine : Départ 8h55, loch 960. 13 ; baro 1014 - fin d'éclusage 9hi25 - mouillage sur bouée 19h05, loch 1005. 66 - terminé.

Les équipiers parlent : déjeuner "en terrasse" (expression de François).

Dîner chez Marie-Françoise et Philippe où l'on apprend l'existence de "la bête" qui hante le jardin des parents de Pascal (affaire à suivre),
Philippe nous raccompagne au bateau : Le Capitaine abandonne le bord, que dis-je, découche !!

6. Mercredi 27/07/94 De St Brevin l'Océan à Hoëdic

Données techniques du Capitaine : départ 10h30, loch 1005. 66 - arrivée 21 h00 loch 1062. 67, baro 1012
- près serré toute la journée vent 3, 4 Beaufort, passagèrement 5.

Les équipiers parlent : 10h00, retour du déserteur ; puis sortie de l'estuaire de la Loire courant "du cul" ; pas fâché de laisser le pont derrière nous.
Philippe nous sort son arme redoutable anti-coups de soleil : il descend dans le roof et ressort habillé d'une djellaba ; chaussé de ses Vuarnet, couvert de son bob rouge et ainsi vêtu, l'effet au mouillage est garanti !
Nous ne tarderons pas à être envoyés par le fond !
La traversée deviendra un peu difficile en fin d'après midi ; il y a 50 milles que nous louvoyons et un épais brouillard est en train de s'installer sur la zone. mais surtout il y a incertitude sur la position pendant une heure ou deux ; François et moi avons confondu la Cardinale Nord du plateau du Four avec la Cardinale Ouest La visi. était très faible. Les indications de Fichnou et notre position estimée ne correspondaient plus et j'ai verbalement contesté notre fidèle équipier. Celui-ci, vexé, s'est mis à nous donner des cap très variables mais en continuant de nous positionner de façon très logique, le brave type !l Nous avons finalement décidé de nous fier à lui et il nous a amenés en plein sur Hoëdic.
Je déclare donc solennellement que je ne recommencerai plus à insulter Fichnou (jamais) et je le remercie de sa fidélité.

7. Jeudi 28/07/94 - De Hoëdic à Belle-Ile

Données techniques du Capitaine : départ 9h45, baro 1015, loch 1062. 67 - arrivée 13h20, loch1077. 47.

Le Capitaine parle : (au sujet de la nuit passée) plus de mouillage sur ancre dans un port ; c'est une nuit blanche assurée avec la douce musique des ronflements des deux équipiers ! !

Les équipiers parlent: (Olivier) : avons croisé un O. F. n. I (tout le monde aura compris). Il ressemblait de loin à une bouée cardinale équipée d'un gros moteur et de près, il était aussi racé qu'un fer à repasser à l'envers de chez Singer (c'est pour ne pas vexer François qui travaille chez Moulinex). C'est fou ce qu'on a pu inventer pour aller sur la mé (car apparemment il s'agit d'une réplique d'un vieux gréement).

Visite de Le Palais et emplettes. Première douche de la croisière !! et petite lessive. N'en déduisez surtout pas que nous ne nous sommes pas lavés depuis le départ.

(François) : 4éme jour de croisière ; ambiance cool à bord. Mes équipiers ne m'ont pas encore passé par dessus bord et apparemment, n'ont pas l'intention de le faire. La cuisine est bonne avec des spécialités pour chacun (omelettes au fromage et aux champignons pour Olivier, steak pour Philippe). Je n'ai pas vraiment eu le temps d'exercer mes maigres talents sur ce point. Nous sommes devenus des "accrocs" de Sardou, surtout Olivier. Tout incite à prolonger notre ballade d'une semaine supplémentaire au grand dam de certaines épouses.


8. Vendredi 29/07/94 de Belle-Ile à Lorient Ce sont les filles de Lorient.... )

Données techniques du Capitaine : départ 10h25, baro 1013, loch 1077. 47 - arrivée 18h15, loch 1117. 41.

Les équipiers parlent : (Olivier) : Vent Nord/Nord - Est au départ puis Nord variable ensuite. Vive le près serré ! ! A noter : Le Capitaine quitte encore le bord ce soir pour une soirée mondaine. Deux fois cette semaine ! ! L'équipage commence à se poser des questions. Le Capitaine ne l'aimerait-il plus Comme avant ?? A suivre, la saga de l'été "Les grands brûlés (par le soleil)".

9. Samedi 30/07/94 De Lorient à Bénodet

Données techniques du Capitaine : Sortie Rade de Lorient 10h45, baro 1005, loch 1117. 41 - arrivée 19h10, loch 1164. 51.

Les équipiers parlent : (Olivier) : que retenir de Lorient sinon que ça pue (pardonnez l'expression mais c'est la stricte vérité). Au Sud, c'est l'odeur de la vase, au Nord - Est, c'est celle du poisson "pas frais du tout" (si vous voyez ce que je veux dire !). Heureusement, il y a la très jolie secrétaire du bureau du port. Dommage que nous soyons arrivés si tard.., !

10. Dimanche 31/07/94 De Bénodet à Camaret

Données techniques du Capitaine : Départ Bénodet 7h10, banc 1003, loch 1164. 51 - arrivée 21h15, loch 1239, 10

Les équipiers parlent : (Olivier) : départ de Bénodet très tôt (on n'est plus habitués à ces heures là nous !) ; je vous laisse deviner l'allure. Bon, nous arrondissons gentiment la Pointe Penmarch quand soudain un grain nous tombe dessus et nous remet le vent droit dans la direction que nous voulons prendre. Mon sang ne fait qu'un tour (de winch) et j'injurie les dieux de la mer (en même temps que je manifeste une fort mauvaise humeur). Eh bien, croyez moi si vous voulez, après une heure de conseil d'administration là-haut, on nous a passé un vent portant.
C'est pas super ça ! Raz de Sein. Rien à signaler de particulier sinon que nous avons attendu trois heures à la cape que le courant ne s'inverse dans une mer innommable (même Philippe, il a été malade), puis parcouru la route la plus longue qu'on puisse imaginer pour passer de l'autre côté (revoir le cours sur les segments capables).
Heureusement, de Sein à Camaret, vent "du cul", sous spi s'il vous plaît !

11. Lundi 1er août De Camaret à nulle part parce qu'on n'a pas bougé du ponton

Données techniques du Capitaine : journée farniente à Camaret ;

toutefois pour ne pas que l'équipage ne se relâche, j'ai prévu quelques bricolages à bord.
Les équipiers parlent : (Olivier) : François nous a préparé hier soir un super petit plat ; je ne me souviens plus vraiment ce qu'il avait mis dedans mais j'ai encore le goût sur la langue et c'est tout ce qui compte.


12. mardi 2/08/94 De Camaret à Batz

Données techniques du Capitaine : Départ 6h30, baro 1009, loch 1239, 10
- il a plu toute la nuit avec des rafales de vent - nous partons sous un crachin et peu de visibilité - arrivée 15h15, loch 1297. 48

Les équipiers parlent : (Olivier) : départ sous la pluie, en dehors des horaires syndicaux ; dernière pensée pour le plat en sauce de François avant d'attaquer ce qui sera la plus longue et la plus belle "nav" de la quinzaine, parce que nous la ferons presque entièrement sous spi. Nous la passerons entièrement aussi sous le crachin puis la pluie avant de retrouver le soleil en arrivant sur l'île de Batz.
Grande journée de nettoyage donc puisque voiles, bateau, cirés, tout est redevenu blanc tout est redevenu blanc..,.

13. Mercredi 3 août 1994 De Batz à Perros-Guirrec.

Données techniques du Capitaine : Départ 8h45, baro 1011, loch 1297. 83- arrivée 15h30, loch 1327. 20.

Les équipiers parlent : (Olivier) : au lever (ça commence dés le matin !), François nous entretient d'oiseaux noirs survolant le bateau. Tout le monde aura deviné qu'il parle de corbeaux ; lui préfère parler de "mouettes africaines" ou de "pigeons sénégalais".'
Départ de Batz, petite brise S/SE puis plus rien. Cook prend la barre, Fichnou est à la veille Nav. Philippe décide - avec l'accord de l'équipage - de démarrer le moteur et soudain, Cook, sans doute sous l'effet du courant 12 Volts qui lui entre violemment dans les veines, nous fait une overdose et du même coup, un 180°
14. Jeudi 4 août 1994 De Perros-Guirrec à Bréhat puis Lézardrieux

Données techniques du Capitaine : Départ 9h30, baro 1010, loch 1327. 22- mouillage Corderie (Bréhat) 12h45, loch 1351, 19 - arrivée Lézardrieux 18h15, loch 1357. 23.

Attention au fort courant régnant dans le sas d'entrée du Port de Perros et même dans tout le bassin à flot.
Maintenant, on ne peut plus trouver d'équipiers sérieux ; ils partent à terre alors que le bateau va talonner toute la soirée. Seul Le Capitaine reste à bord pour sauver le navire du naufrage. Quelle époque !! Les équipiers répondent au Capitaine : quoi ! Pour une fois que ce n'est pas Le Capitaine qui descend seul à terre passer la soirée avec des amis et qu'il donne quartier libre à son équipage à la seule fin qu'il lui fiche la paix (et surtout qu'il lui poste ses cartes postales), celui-ci trouve le moyen d'échouer le bateau alors qu'il est encore assisté des très qualifiés Fichnou et Cook. Et puis parlons du naufrage : très légère brise 1 Beaufort, fond sablonneux sans un galet à l'horizon. Non alors, les capitaines ne sont plus ce qu'ils étaient ! !

15. Vendredi 5 août 1994 De Lézardrieux à St Cast.

Données techniques du Capitaine ; Départ 8h35, baro 1015, loch 1357. 23- passage du Ferlas partiellement à contre - arrivée 17h35, loch 1400. 00 - amarrage à couple du chalutier du club de plongée local.

André, un ami de philippe, doit nous rejoindre là pour embarquer pour le week-end.
L'accueil à St Cast est sympathique. La demoiselle de la navette charmante. Tellement charmante qu'à peine amarrés, Le Capitaine décide de débarquer sans plus attendre, prétextant un plein de jerrican à faire à terre. Comme si cela ne pouvait attendre.
Je précise que pendant ce temps, les gentils équipiers gonflent l'annexe avec toute la force de leurs jambes, Un souvenir "ému" donc pour "Minute" (c'est son indicatif.. à retenir) qui n'a pas laissé non plus Olivier indifférent puisqu'à l'heure ou la demoiselle terminait son service, il lui proposa de la raccompagner à terre ; celle-ci, habituée aux avances des marins en escale, déclina l'offre gentiment.
La soirée fut chaude ce jour-là : André n'avait pas embarqué sans prendre avec lui quelques produits alcoolisés.
Philippe, grisé par l'arrivée toute proche - ça sent déjà Granville à St Cast - se laissa prendre au piège et enchaîna sans se méfier la dégustation de tous ces liquides. Ses yeux se mirent à briller d'abord ; puis ses joues se teintèrent en rouge ; mêmes les pâtes servies en toute hâte pour essayer de rattraper la chose ne vinrent à bout de la glissade qui s'amorçait doucement mais sûrement.
Le capitaine tenta un dernier sauvetage en partant seul sur son annexe braver le clapot du port sans boussole. Les cris de ses équipiers le ramenèrent à bon port où il déclara vouloir se coucher aussitôt ; c'est d'ailleurs ce qu'il fit et se mit à ronfler dans la minute qui suivit, pendant qu'une fête plus raisonnable continuait à bord.

16. Samedi 6 août 1994 De St Cast à Chausey.

Données techniques du Capitaine : néant (Le Capitaine a trop mal à la tête). Données techniques du Premier Lieutenant : départ 10h30, loch 1400. 00, baro stationnaire - vent N 2 à 3 B - départ sous spi - passage Nord Cézembre puis remontée sur Chausey Près Bon Plein -

Le Capitaine est reparti faire une sieste crapuleuse une heure après le départ.
Fichnou a déclaré grève générale des moyens de positionnement... parce qu'il sait qu'il va être débarqué bientôt. Mais personne n'est irremplaçable et pour sa bonne éducation, nous décidons de faire une étape à l'estime. Peut-être demain arrêtera t'il de faire sa mauvaise tête et comprendra t'il que nous agissons pour son bien.
Arrivée Chausey 17h30, loch 1431. 00 - repas de fête : François a fait quelques courses ce matin ; il a chaussé sa toque tout à l'heure et nous a préparé un petit plat qui mijote en ce moment sur le camping Gaz ; je ne vous dis pas la délicieuse odeur qui règne dans le roof....
17. Dimanche 7 août 1994 De Chausey à Granville.

Données techniques du Capitaine : départ 8h10, loch 1430, baro 1015 - arrivée 10h20, loch 1443. 40.

18. Conclusion du Premier Lieutenant

Ainsi s'achève une croisière sympathique qui permit de prouver que la Bretagne est bien une île. Que les Bretons n'en profitent pas pour relancer leur lutte pour l'indépendance ; nous, Normands, ne l'accepterons jamais pour la seule et bonne raison que nous ne voulons pas nous séparer des sympathiques voisins qu'ils représentent.
Les dieux du vent et de la mer nous furent cléments et l'ambiance à bord excellente comme ce récit permet d'en juger.
Faits rapportés par un des "enfants" du bord (et pas le moins bruyant)

le 2 septembre de l'an de grâce 1994

Page mise à jour le 22 septembre 2010


Site réalisé par François & Philippe Yvon © copyright 1999 - 2017 Contact
Total visiteurs : 1545593. Aujourd'hui : 15 visiteurs, connectés : 1