Pharmasail Seychelles 03-2001

Chapitre 8 page 5.

precedente

Croisière Pharmasail 2001 aux Seychelles
Du dimanche 11 mars au dimanche 18 mars 2001
Avec Sunsail, Cerp Bretagne Nord et Le Quotidien du Pharmacien


Résumé
Participation à la Pharmasail en mars 2001, avec Sunsail, Cerp Bretagne Nord et Le Quotidien du Pharmacien. L’histoire d’une régate aux Seychelles, îles qui vous invitent à la baignade plutôt qu’à border des écoutes.

Première partie

Le journal de bord de l'épouse du skipper. plus Lire le récit

Deuxième partie

Le journal de bord du skipper. plusLire le récit

1. Journal de bord de la femme du skipper


Equipage des vainqueurs:

Jacqueline et Jacques Yon
Monique Davenne
Christine et Daniel Couson
Marc Bernstein
Marie-Françoise et Philippe Yvon

Jours « J » -3, -2, -1 Jeudi 8, vendredi 9, samedi 10…

Ca s’active dans la Team Normandie. Le téléphone sonne : »As-tu pensé au rhum, aux pistaches ? Combien de tee-shirts emmènes-tu ? etc. … Finalement vu les problèmes de vaches folles et de fièvre aphteuse nous allons renoncer à emmener de la viande sous vide de peur d’être bloqués en douane. Derniers achats. On boucle les sacs à roulettes.

Dimanche 11 Mars

C’est Daniel et sa grosse Audi qui va emmener les Manchots chez Jacques et Linette à Caen. Nous déjeunons, très bien, adieu aux chats, départ 13h30 en minibus pour Roissy.
Nous ferons une halte à Pont-L’Evêque pour prendre une passagère. Histoire de passer le temps Christine et Monique vont sauter dans des caddies d’un Inter marché et, poussées par Daniel et moi, va s’en suivre une folle course poursuite…..
A Roissy petit épisode « bagage oublié », il en faut bien un à chaque fois…C’est Daniel qui va laisser dans le minibus son sac à dos avec son appareil photos numérique. Christine manque de s’en trouver mal !! Des granules de Gelsemium et un coup de fil au chauffeur du bus vont tout remettre en ordre !
Dans l’aéroport nous faisons connaissance de Marc, notre 8ème, médecin du grand Sud sans accent chantant : nous voilà au complet.
Départ de l’avion Air France-Air Seychelles à 20h30. Entre l’apéritif, les repas, les films et un petit somme : ça passe…
Arrivée lundi 12 à 8h30( 3h de décalage).

Lundi 12 Mars

Base Sunsail dans une baraque.
Briefing un peu rapide du bateau nommé Egine, un Océanis de Bénéteau 44 pieds, Il nous faut mettre les autocollants de la Cerp et du Pharmacien de France sur la coque, hisser le pavillon Normand, faire quelques courses en ville.
Finalement nous n’aurons pas le temps de bien connaître notre bateau avant de partir pour la première régate. Pas de vent du tout ! Tour de l’île Ronde. Au bout de 2 heures nous mettons le moteur. Sandwiches au thon, baignade en mer à l’arrière du bateau. Arrivés derniers.
Dîner à l’île Ronde : bons cocktails, steaks de thon, noix de coco caramélisée, mousse fruits de la passion, entremet à la banane.
Retour au bateau à 22h. Il fait très chaud, dur de coucher à l’intérieur : Marc et Jacques vont aller dormir dehors.

Mardi 13 Mars



Lever 5h ! Départ de la grande régate à 6 h. Mauvais départ : trois voiliers ont volé le départ, s’en suivent des échanges de propos aigres sur la VHF…Nous, très bon départ !
Par contre la suite ne sera pas terrible. Moteur à midi moins le quart. Nous remettrons les voiles à 13h pour franchir la ligne d’arrivée !
Baignade superbe. Repas au mouillage.
Départ à 15h pour visiter « Curieuse », 3kms, 5 de long sur 1km, 5 de large, 150 grosses tortues y vivent en paix et viennent vous manger des feuilles dans la main, maison du Docteur, plages de rêve, balade dans la mangrove, un bain sur une plage de carte postale.
17h30 Retour à bord : douche générale : c’est bien d’avoir de l’eau douce pour se laver ! Ca nous change des Grenadines…
Un pique-nique est prévu sur une plage de Praslin : n’ayant pas d’annexe nous allons attendre, dans la nuit, qu’une âme charitable vienne : c’est Pierre, le moustachu du bateau amiral qui va nous emmener.
Superbe restaurant au bord d’une plage, les pieds dans l’eau. Cocktail et très beau buffet, avec un chanteur. L’ambiance s’échauffant, nous commençons à chanter pour accompagner les 6 hommes de « Natacha ». Il y a même un chien qui boit de l’eau de mer ! et qui va finir le surplus de brochettes de Christine. C’est qu’elle mange notre « petite » Christine !!!!Mais là, elle cale ! Après avoir engouffré entrées variées, viandes, poissons, légumes de toutes sortes…
Au moment de payer ce repas qui, au départ, n’était pas prévu nous avons une grande angoisse : nous n’avons pas emmené d’argent. Heureusement Monique, notre trésorière y a pensé pour nous et elle va régler nos dettes.
De retour au bateau on va goûter le Calvados.



Mercredi 14 Mars

On retrouve Daniel couché par terre dans le carré. Lever 7h, départ régate : 8h.
Toujours un très bon départ. Superbe navigation et nous allons passer la ligne d’arrivée, très fiers, en 7ème position. On a raté de peu une place, faute de bons équipiers : au lieu d’être à la manœuvre tout le monde prenait des photos !
Petits rochers granitiques couverts de verdure, cocotiers, baignant dans une mer d’un turquoise irréel….
On va mouiller devant Grande Sœur. Grand bain. Déjeuner à bord : salade composée, saucisses pas terribles, riz Jacqueline, punch coco : toujours pas de dessert. Un Calisson de Marc, un petit café et un Calva.
Nous allons partir vite pour aller nous mouiller devant Coco Island :
de gros rochers Hollywoodiens, des cocotiers, du sable blanc, si fin, des eaux cristallines tout autour, c’est le symbole de la petite île granitique seychelloise.
Le comité d’accueil des poissons nous attend : des « pouldos », gros poissons à nageoires bordées de jaune, vont venir nous manger le pain presque dans la main. S’en suit un bain un peu délirant au milieu de ces poissons frénétiques…. Il y a du courant et n’ayant pas d’annexe, Marc va partir seul à la nage vers l’île.
Christine piaffe : elle dit qu’elle n’a pas payé 50 roupies pour voir trois poissons manger du pain !!!Sous la pression générale Super-Marc va venir la chercher et, avec leurs palmes, ils vont gagner l’îlot.
Finalement c’est le grand Pierre, du bateau amiral, qui va venir nous chercher en annexe. Près de cette île super-protégée il ne faut pas jeter l’ancre pour ne pas abîmer les coraux, pas d’annexe à moteur, pas de serviettes à poser sur le sable…Beaucoup d’interdits mais une nature magnifique..
De beaux poissons à regarder. On remonte à bord :
15h30 départ pour baie de Ste Anne. Nous allons remplir nos réservoirs d’eau douce, nous les femmes, nous allons tenter de trouver des cartes postales, les boutiques sont rares ! Retour au bateau.
Nous allons dîner au Casino des Iles, on vient nous chercher en minibus. Les débarquements en annexe sont toujours plus ou moins arrosés et nous arriverons au Casino, en tenue de sortie, mais le postérieur mouillé. Cocktail, remise des prix, immense salle très bruyante, très long dîner. Retour à bord : ça chaloupe.

Jeudi 15 Mars

Ca a bougé mais nos femmes sont formidables : elles ne sont pas malades, les petites granules d’Alain Vido, les patchs et les gris-gris de toutes sortes ont vaincu le mal de mer !
Praslin : 8h on prend des cars sur la jetée pour aller visiter la Vallée de Mai : cette forêt tropicale est superbe et tout à fait unique puisque c’est le seul endroit ou poussent les cocotiers de mer qui donnent les coco- fesses : insolite noix de coco, célébrité de l’île.
Ce cocotier, haut d’une trentaine de mètres, pousse en colonie ; les mâles(staminé) supérieurs de 5m environ aux femelles (pistilé), avec un « phallus » bien pendu, semblent veiller sur leurs protégées… Il faut trois ans à un coco de mer pour germer, sept ans pour arriver à maturité, 25ans pour commencer à fructifier et pas loin d’un millénaire pour arriver à sa taille maximale ! Notre guide va siffler pour appeler le perroquet noir : nous finirons par en apercevoir.
Déjeuner à bord. Longue baignade.
Départ de course pour Grande Anse, située au sud de l’île de la Digue.
Mouillage devant une plage qui à l’air superbe… de loin, et sur laquelle nous devrions débarquer le soir pour dîner.
Erreur ! Il y a des rouleaux terribles, infranchissables en annexes et la direction recule à faire débarquer, de nuit, tous ses équipages dans ces conditions.
Nous allons donc embarquer tous sur les 4 Catamarans du groupe qui vont nous emmener au port ou des petits camions nous véhiculerons jusqu’au restaurant. Endroit sympa : assis sur des troncs d’arbres nous allons très bien dîner : buffet de salades, de grillades et glaces à la menthe. Il faut toujours se battre dans les queues aux buffets !
Marc s’aperçoit que les verres sont du même modèle que ceux de notre bateau : décision rapide est prise d’en emporter trois, suite à la casse de Philippe.
Les chansons paillardes des directeurs de Cerp Bretagne et du Pharmacien de France, nos sponsors, ne plaisent pas à tout le monde : les plaintes commencent. Marie-Noëlle, de la Sunsail, reste philosophe… Par contre, au retour, nous nous tasserons sur trois Catamarans et non quatre, laissant l’équipage « ronchon » rentrer seul…


Vendredi 16 Mars

Journée libre à la Digue.
Lever 7h, petit déjeuner en mer : tout notre pain est moisi : il y a des céréales mais nous avons oublié d’emmener nos petits grillés Suédois..
Nous partons au moteur.
Arrivée vers 10h. Quatre vont louer des vélos : Jacqueline, Christine, Marc et Daniel ; les quatre autres vont préférer le char à bœuf, nettement moins fatigant !
Tommy est notre bœuf, belle bête pas encore touchée par la « folie » Européenne, et son maître un gentil Rasta.
La Digue nous a subjugués : le plus grand spectacle des Iles Seychelloises, avec des sites à couper le souffle et des habitants qui prennent le temps de vivre. Cinq kms de long sur trois de large. Turquoise de l’océan, émeraude de la forêt et le rose des rochers…La plus belle plage, celle des cartes postales : Anse Source d’Argent, éboulis de blocs de granite rose, collines verdoyantes, mer transparente.
Bain superbe mais mer trop chaude !!!!!!!! Une des dix plus belles plages du monde. Déjeuner dans un petit restaurant.
Nos cyclistes nous rejoignent et on apprend (merci le téléphone portable de Linette) que Thomas est né la veille à 21h10..
Reprise de notre char à bœuf : arrêt au travail des noix de coco : épluchage, pressoir, séchage, pour obtenir l’huile qui est une des richesses de l’ile. Nous nous retrouvons tous pour rentrer au bateau, après avoir « papoté » avec des Seychellois charmants qui nous ont donné des leçons de créole.
Nous levons l’ancre à 15h30 : c’est Daniel le « roi du guindeau » : il n’a pas son pareil pour jeter ou remonter l’ancre…Nous partons pour Côte d’Or Anse Volbert à Praslin. Nous allons nous baigner et dîner à bord. On vient de nous annoncer à la VHF que notre vol Air France de dimanche est annulé et reporté à lundi… C’est pas la joie pour Christine et Marc. Grâce encore au téléphone, ils vont pouvoir prévenir chez eux.


Samedi 17 Mars

Lever 6h( !), départ 6h30 au moteur ( 2heures) Petit déjeuner en mer, début de la régate en pleine mer à 8h30. Il y a un peu de vent. On doit virer Mamelles, on file à 5 nœuds.. mais nous sommes quand même les derniers.
De Mamelles à la baie de Ste Anne nous allons doubler « Samsara » : ils doivent faire la sieste !
Nous jetons l’ancre devant une plage : bain en mer, salade : les hommes ont faim et Christine a très, très faim !!! Grosse casserole de pâtes.
Nous rentrons, très obéissants, à Victoria, les autres traîneront un bon moment avant de regagner la base Sunsail. Il fait très chaud. Pas d’inventaire.
On refait les sacs péniblement.
Vers 19h nous allons partir à pieds vers notre restaurant : le « Marie-Antoinette », ou aura lieu la remise des coupes et le dîner d’adieu offert par la Cerp Bretagne Nord : on y mange créole dans une maison créole : Livingstone y fit même étape un mois ! Poissons grillés, beignets d’aubergines, de poissons, cari de poulet, de porc etc. …. Seul problème notre table est à côté de la sono !
Nous allons être classés 10èmes sur 11 bateaux participants et un non classé. C’est pas terrible mais ça ne nous attriste guère : de toutes façons la coupe était affreuse…Nous n’aurions pas su quoi en faire !!! J’espère que Marc n’est pas trop déçu : c’était un excellent barreur mais l’équipage n’était pas des plus motivés…
Sur le bateau vainqueur « Diamond » ça devait marcher au fouet ! Les femmes qui étaient aux écoutes ne devaient pas se prélasser à l’ombre du génois…en bouquinant.
Retour à bord, on se perd un peu en ville. Tous les hommes vont dormir dehors : ils baigneront dans les parfums redoutables de la Marina…


Dimanche 18 Mars

Mahé, aux bons soins d’Air France. Des bus vont nous emmener dès 7h30 au Berjaya Beauvallon Hôtel, le plus grand de l’archipel (232 chambres), au bord de la plage du même nom.
Nous allons nous précipiter sur un petit déjeuner pantagruélique.
Nous allons ensuite filer sur la plage ombragée, en attendant nos chambres. L’eau est toujours plus chaude que l’air, ça doit faire 33, 34°…. Les poissons nous entourent.
Nos chambres sont superbes : plein de lits, des douches ou l’eau froide coule chaude… Déjeuner vers 13h. L’après-midi, les Yon vont aller se promener, relax pour Monique et Phil et maxi-trempette pour Christine et moi. Je crois qu’on a passé à peu près 5 h dans l’eau. On se dit qu’on s’est baignées pour toute l’année !!On finit par en sortir, Christine trouvant que notre peau se fripe et que des nageoires commencent à nous pousser dans le dos !…Une grosse averse.
Retour aux chambres : on se pomponne. Monique nous offre le dernier apéritif, un peu léger en rhum…La serveuse nous en apportera un verre, nous certifiant que pourtant il y en avait déjà dans le Punch…
Nous faisons quelques emplettes : il n’y a vraiment pas d’artisanat local : avec Christine et Daniel nous allons acheter les quatre derniers T. Shirts « Seychelles » afin de bien montrer, sur les futurs pontons, que « nous y étions ». Marc cherche toujours quelque chose pour ses filles.

Lundi 19 Mars

Lever 6h. Départ bus à 7h. Envol à 10h15, 10h de vol prévues. Repas et films. C’est un peu longuet de jour. Nous serons à Caen à 21h et at home à 22h.
Salutations à Bob, le chat.
Nous avons des images de paradis plein la tête, des centaines de photos, des souvenirs exotiques à la pelle et…des coups de soleil !

2. Journal de bord du skipper


Dimanche 11 Mars 2001 Voyage aérien

Nous déjeunons chez Jacques et Jacqueline pour attendre le bus qui va nous emmener à Roissy. Notre heure de décollage est à 19 h 30.
Tempête chez les Cousons à l'aéroport, Daniel a oublié son appareil photo dans le bus qui est reparti vers Orly. Coup de téléphone au chauffeur qui nous le rapporte gentiment.
Devant le comptoir d'Air France, Marie-Noëlle Gérault, la GO de Sunsail nous donne nos billets. Elle nous signale que le 8e membre du Normandie Team est arrivé. Nous sommes curieux de connaître Marc qui va vivre 7 jours avec nous.
Comment est-il ?
Voyage aérien sans problème.



Lundi 12 Mars 2001 Arrivée et régate devant l'île de Mahé

NB: pour chaque journée, nous avons le tracé de la régate sur une carte et pour agrandir la photo, il suffit de cliquer dessus.
Nous arrivons à la base Sunsail à Victoria sur l'île de Mahé vers 10 h 30. Nous prenons possession de notre Océanis 44 " Egine ".
La composition de notre équipage est le suivant :
Jacqueline et Jacques Yon
Christine et Daniel Couson
Monique Davenne
Marc Bernstein
Marie Françoise et philippe Yvon, votre skipper et narrateur
Egine votre hôte et deuxième narrateur un peu bavard ; il prendra la parole plus tard.
Visite du bateau, rangement de nos affaires et du ravitaillement mis à bord par Sunsail.
Le départ de la première régate sera donnée vers 13 h au large de Victoria. le temps va nous manquer car le personnel de la compagnie doit nous montrer le fonctionnement de l'équipement du voilier et l'emplacement du matériel de sécurité. Réunion des skippers pour la présentation du parcours de la journée.
Sortie du port vers 13 h 30 ( le retard est du à nos femmes qui sont parties en ville acheter des légumes et des fruits sans rien rapporter. )
Nous nous rendons sur la ligne de départ au moteur, puis le coup de canon est donné vers 14 h 30.
Départ difficile par manque de vent. Au nord de l'île, plus un souffle. A un moment, tous les bateaux se retrouvent les uns contre les autres, bloqués par la cote de l'île. Les 108 participants sont repartis sur 15 monocoques de 35 à 46 pieds et 3 catamarans. Nous sommes obliges de repousser les coques et nous pouvons sauter d'un voilier sur l'autre.
Vers 17 h, nous mettons le moteur, la sanction est immédiate. Nous sommes classés derniers. Sans problème, nous voulons aller au mouillage pour nous baigner.
Nous jetons l'ancre au sud de l'île Ronde.
18 h réunion des skippers et repas très sympa sur l'île.
Le climat est équatorial. La température sur le pont est invivable et le cockpit est protégé par un bimini. La cabine est une étuve. Pour cette raison, jacques et marc vont dormir dans le cockpit.



Mardi 13 Mars 2001 Mahé Curieuse Pralin

Réveil 5 h 15, ce n'est pas une heure pour des vacances. Par contre, nous admirons un lever de soleil magnifique dans un paysage paradisiaque. Nous coupons la ligne de départ à 6 h 30.
Engueulade entre le bateau amiral et trois voiliers qui ont coupé la ligne trop tôt. Pierre a du mal à se faire entendre. Les régatiers sont des personnes difficiles ( je reviendrai sur le sujet plus tard).
Pas de vent. 2 ou 3 B Vitesse du voilier 3-4 n. Notre parcours doit nous conduire de l'île de Mahé à l'île de Curieuse au nord de Praslin ( 36 milles). Nous naviguons en vent arrière et mon équipage supporte difficilement le roulis et la canicule. Après discussion, nous mettons le moteur rapidement vers 11 h 40.
Je pense que des équipiers auraient eu du mal à manger en mer. Nous passons la ligne d'arrivée en vainqueurs de l'étape et nous sommes derniers en temps compensé. Nous sommes applaudis par le bateau amiral dont le chef est en train de se baigner.
L'équipage s'entend bien et l'ambiance est très amicale. A l'origine, nous avons déjà navigué ensemble aux Grenadines. Marc s'est bien intégré. je pense qu'il navigue de la même façon c'est-à-dire croisière puis régate. Nous sommes venus aux Seychelles pour profiter de ces merveilleux paysages, d'une mer turquoise avec ces îles granitiques recouvertes d'une végétation tropicale : visites, ballades, baignades et plongée avec tuba pour admirer coraux et poissons multicolores.
Nous allons nous mouiller devant la plage " laraie " à Curieuse. Baignade. Si, pour mieux régater, nous avons donné mon annexe au bateau amiral, malheureusement nous avons du mal à nous faire débarquer.
Nous devons visiter l'île avant 17 h.
Très belle plage, mangrove et tortues. Baignade sur la plage " Saint José " ; Retour difficile au bateau. Nous devons laisser 3 personnes sur la plage.
Près du voilier, je demande à un voisin de me prêter son annexe, pour aller chercher mes amis. Refus, il doit faire des courses. Je ronchonne.
A la réunion des skippers, il veut se justifier. Je lui précise qu'en mer, on reconnaît le bon marin par son sens de l'entraide. Il sera le vainqueur de la pharmasail. Bravo. Les régatiers sont infectes sur l'eau.
Mouillage entre l'île " chauve souris " et la côte ; Dîner très sympa au restaurant sur le bord de la plage " côte d'or ". Pierre nous ramène à bord.



Mercredi 14 Mars 2001 Praslin, Grande Sœur, Ile aux Cocos et Sainte Anne

Départ de la régate à 8 h après la baignade matinale. Nous avons l'impression que l'eau de la mer est plus chaude que l'air. Petit temps.
Maintenant, nous nous réveillons juste avant le départ et en course nous vaquons à nos occupations matinales : petit déjeuner, toilettes et cuisine. Nous passons généralement la ligne de départ bien placés, mais après, le classement se gâte. Personne ne passe sa journée devant un winch, l'écoute à la main.
Vous remarquerez que le nombre de milles parcourus n'est pas noté. ( olivier dirait que ce n'est pas l'habitude du skipper ). Le looch speedo est en panne et le pilote aussi. L'océanis est bien équipé et en bon état. Nous avons deux douches avec eau chaude et trois réservoirs de 200 l.
Nous dirigeons vers Grande Sœur derrière laquelle l'arrivée sera jugée. Le vent se lève un peu et pour la première fois, nous passons la ligne d'arrivée sous voile en septième position. Très contents.
Nous allons nous mouiller de l'autre coté de l'île devant une magnifique plage à W. Nous nous baignons avec masques et tubas à 10 m du bateau ; Nous sommes dans un aquarium naturel garni de jolis poissons multicolores par des fonds de 3 ou 4 m.
14 h départ pour les îles aux cocos au nord de l'île de la Félicité faisant partie d'un parc naturel. nous débarquons pour admirer les fonds sur l'île. Au mouillage, en jetant du pain, les poissons nagent entre nous et sortent la tête pour attraper le pain.
16 h 30 départ pour l'anse Ste Anne ou nous récupérons l'annexe et nous nous ravitaillons en eau.
Très bon dîner à l'hôtel " Mimi ", un palace sur l'île de Praslin.


Jeudi 15 Mars 2001 visite de la vallée de mai et régate vers la Digue

Pas de baignade matinale, l'eau est sale.
Matinée visite de la vallée de mai, merveilleux parc naturel d'une forêt de cocos de mer ou cocos fesse.
Départ de la régate vers l'île " la Digue ", à 13 h 20. 6 milles parcourus en plus de deux heures. Vent environ 2 B. Arrivée vers 15 h.
Mouillage devant la plage " grande Anse " de la Digue et baignade.
Le dîner est offert dans un restaurant sur le bord de la plage. 19 h, annulation du débarquement sur la plage ou des rouleaux de 2 mètres rendent l'accès aux annexes dangereux. Sinon, nous aurions eu du pharmacien noyé, ce n'est pas sérieux.
Nous allons contourner l'île en catamarans pour débarquer au port " la passe " et nous rendre au restaurant en camionnette. La navigation a été effectuée par des skippers locaux, en pleine nuit, sans feux maritimes et sans lumières à terre en longeant la cote truffée de rochers.
Félicitations !!!

Vendredi 16 Mars 2001 visite de la digue et retour au nord de Pralin

7 h départ immédiat vers la digue pour y mouiller.
Débarquement vers 9 h 30 et séparation de l'équipage en deux parties. Les cyclistes et les charistes. visite de l'île en char à bœufs.
Nous sommes promenés par Tommy, conduit par son aimable conducteur. Nous visitons les curiosités de l'île en particulier la plage de la source d'argent. Très belle île habitée par des gens charmants, parlant le français et un patois créole très proche de notre langue.
15 h 15, retour vers l'anse Valbert à Praslin. Pendant le trajet, nous apprenons que notre vol de dimanche est annulé et que nous partirons lundi. Coup dur pour certains membres de notre équipage qui doivent téléphoner en France pour prendre des dispositions.

Samedi 17 Mars 2001 Praslin les mamelles victoria à Mahé

Réveil 5 h 30. Le trajet est long de 32 milles.
Départ vers 6 h 15 au moteur vers la ligne de départ de la régate qui sera mouillée en fonction du vent. La régate commence à 9 h entre le bateau amiral et l'île " cousine ". Le vent s'est levé, mais nous sommes partis sous le vent de la ligne, mauvais départ qui se confirmera avec une place de dernier.
Nous devons laisser les îles " les mamelles " à bâbord. A leur niveau, le vent faiblit et nous devons tirer un bord. Nous passons la ligne à 13 h 45.
Dîner avec remise des prix.



Les confidences d'Egine

Enfin je prends la parole, ce n'est pas trop tôt
Mon skipper a été très gentil avec moi. Il a bien pris soin de moi, il a surveillé mon équipement, mon énergie et il m'a manœuvré avec douceur.
L'utilisation du guindeau doit le perturber et il a délégué son fonctionnement à Daniel qui est un expert en la matière.
Il a laissé Marc barrer très souvent. Alors, que faisait-il le skipper. Je vais vous avouer qu'il est resté devant son logiciel de navigation et le GPS.
Je vais être franc. L'équipage n'a pas été gentil avec moi. Pour se donner bonne conscience d'être derniers, ils m'ont mis tout sur le dos.
Leurs raisons : une coque sale, une grande voile sur enrouleur, une drisse de foc mal étarqué, un bimini qui les a empêché de régler les voiles.
Que de fausses raisons.
Alors je vais vider mon sac et moucharder. Ils ont parlé entre eux et j'ai tout entendu ( les autres bateaux de Sunsail vont encore dire que je suis trop bavarde ).
Tant pis.
Mon skipper a un peu rêvé en imaginant des soirées d'échanges chaleureux, sur les plages et nous avions emmené une bouteille de son meilleur Calva, pensant trinquer avec les autres participants, sur le sable chaud.

Erreur :
un pharmacien régatier est un homme concentré sur son écoute, comme derrière sa caisse enregistreuse, l'air méchant si on le double, coincé si l'ambiance se détend et qui ignore la convivialité : Pas un bonjour entre les différents équipages.
Les miens, ce sont des " drôles ", les écoutes, ils s'emmêlent dedans, aux virements de bord, ils prennent des photos, par contre, ils ont passé des heures à se baigner, à boire et à regarder les paysages …..
En plus, l'équipage a bien ri à chaque départ de régate.
A la VHF, Pierre, le responsable des courses, explique vingt fois le parcours et à chaque fois, un ou deux l'ont fait répéter car ils n'ont pas compris.
Un peu bouchés !!!! Le cerveau ramolli par la chaleur…….

Dimanche 18 Mars 2001 Journée au bord de la mer à Mahé

Le matin, nous vidons les voiliers et nous serons transférés dans un hôtel très agréable au bord de la mer, aux frais d'air France

Lundi 19 Mars 2001 retour en avion

Décollage vers 9 h30 et retour vers Roissy et la Normandie

Post scriptum

Prochaine destination les îles vierges britanniques en catamaran qui est plus confortable en surface de vie.

suivante

Page mise à jour le 18 novembre 2010

Site réalisé par François & Philippe Yvon © copyright 1999 - 2017 Contact
Total visiteurs : 1614263. Aujourd'hui : 257 visiteurs, connectés : 43